MINI-SITE SUR JACQUES LOUSSIER marqueur eStat'Perso

Compositeur de la musique des nouvelles aventures de Vidocq

 Fermeture de la fenêtre

BIOGRAPHIE (extraite du site officiel : http://www.loussier.com avec l'autorisation de l'auteur)

PRESENTATION

Jacques Loussier est communément considéré comme le musicien "inclassable" de sa génération tant son parcours musical emprunte des chemins aussi divers que surprenants. Il faut le dire, Jacques Loussier surgit toujours où on ne l'attend pas. Rendu célèbre dans le monde entier pour son adaptation jazz de l'oeuvre de Jean Sébastien Bach, il aura également accompagné les plus grands du Music-Hall, composé plus d'une centaine de morceaux pour le cinéma et la télévision, consacré à 45 ans une pré-retraite précoce à la recherche musicale, connu sa période mystique en composant une messe pour enfin revenir à sa vieille complicité avec le maître de Leipzig. D'autres compositeurs auront nourri à leur tour cette démarche pionnière d'harmonie entre les influences Jazz et classiques : Vivaldi, Ravel, Satie, Debussy, Schumann.
Seule une virtuosité incomparable pouvait lui permettre d'emprunter un tel chemin, et c'est autant ces expériences multiples que le niveau de performance musicale qui les accompagne qui ont pu faire dire au célèbre musicologue français Bernard Gavoty : "Loussier, le meilleur pianiste du monde ? Dans son genre sans aucun doute."


FORMATIONS ET INITIATIONS

C'est un peu par hasard, dès l'âge de 10 ans, que Jacques Loussier se découvre un don pour le piano. Des dispositions hors du commun le mènent rapidement au Conservatoire National de Musique de Paris dans la classe d'Yves Nat, qu'il quitte 4 ans plus tard pour parcourir le monde au gré des aventures musicales les plus variées : les sonorités du Moyen-Orient, les rythmes de l'Amérique du Sud et surtout de Cuba, oû il passe deux ans, complètent une formation assez peu académique.

LA REVELATION PLAY BACH

A son retour en France, entre deux accompagnements de Catherine Sauvage et de Charles Aznavour, il perfectionne une vieille blague du conservatoire qui consistait à faire swinguer des compositeurs classiques aux rythmes des derniers tubes de jazz.
Bach, avec ses lignes pures et à première vue sévères, fait une cible de choix. Mais peu à peu, son art du contrepoint, toute la richesse et la diversité de ses mélodies qui offrent tant de possibilités d'improvisations, transforment la plaisanterie de potache en vérible révélation. Ses affinités naturelles et ses correspondances avec la musique de Bach finissent de convaincre Jacques Loussier de se lancer dans l'aventure : en 1959, il crée avec Christian Garros à la batterie et Pierre Michelot à la contrebasse le premier Trio Play Bach. Le succès est retentissant : 15 ans de tournées, 6 millions de disques vendus, plusieurs fois disque d'or en France et à l'étranger.
La réputation de Jacques Loussier comme phénomène musical est désormais établie.

UN PARCOURS HORS NORMES

La célébrité aidant, le monde du cinéma et de la télévision fait appel à lui. Il compose des musiques de film pour Jean Pierre Melville, Alain Jessua, Jean Delannoy, Michel Audiard, part à Hollywood, en revient pour faire fredonner la France entière au refrain des séries télévisées, Thierry La Fronde et Vidocq. En 1980, il prend du recul. Il disperse le Trio Play Bach et se retire à Miraval en Provence où il se consacre à la recherche musicale et se replonge dans son siècle, celui des sons nouveaux offerts par la technologie moderne. Il veut écrire sa propre musique et Il compose successivement les Suites pour piano, synthétiseurs, avec Luc Heller à la percussion : "Pulsion", "Pagan Moon" et "Pulsion sous la mer". (CD Decca -ré-édité par King Record au Japon en 2000-Le Monde Merveilleux de Jacques Loussier -10CD)

LE COME BACK

Puis en 1985, c'est le tricentenaire de la naissance de Jean-Sébastien Bach. On lui demande de revenir jouer Play Bach un peu partout en Europe, mais aussi aux Etats-Unis et au Japon. Il reforme un nouveau trio avec André Arpino, percussionniste et Vincent Charbonnier, contrebassiste, encore élève au Conservatoire de Paris. Un nouveau répertoire est constitué, une étonnante complicité règne entre les trois musiciens et leur permet d'atteindre un niveau jamais encore égalé.
Comme l'ensemble de sa carrière, il signe son come back dans les styles musicaux extrêments variés. En 1996, il compose sa première grande oeuvre symphonique, une messe nommée "LUMIERES", pour soprano, contreténor, choeur, percussion et orchestre, créée sous la direction de J.P.Wallez avec James Bowman et Deborah Rees au Festival de musique Liturgique de Paray le Monial en Juillet 1987. Elle enthousiasme 2000 personnes et continue à être jouée dans le monde entier.
Dans la foulée, il compose successivement un Concerto pour trompette, créé par Guy Touvron, un Concerto pour violon e percussion dédié à Jean Pierre Wallez, qui le crée au Festival d'Albi en 1988, puis les "Tableaux Vénitiens", pièce pour cordes.
En 1989, à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution, il compose la musique du ballet des "Trois couleurs" pour Serge Golovine et Claude Bessy, créé au Grand Palais par l'Ecole de l'Opéra de Paris.

LE MEILLEUR PIANISTE DU MONDE, DANS SON GENRE

Passé maître dans une technique d'adaptation-improvisation unique au monde, Jacques Loussier se lance un nouveau défi et revisite à sa façon le chef d'oeuvre de Vivaldi "les Quatre Saisons". Le succès rencontré à Pleyel et au cours de multiples tournées l'encourage à explorer un territoire musical encore inconnu qui l'avait toujours fasciné : la musique Française du début du siècle.
Il adapte les Gymnopédies d' Erik Satie ,puis Maurice Ravel et son "Boléro" auquel il ajoute une suite de petites pièces impressionnistes "les Nymphéas". Enfin, en 2000, il complète son exploration par l'oeuvre incontournable de Claude Debussy dont il adapte des préludes pour piano et des pièces orchestrales (L'Après midi d'un faune, Syrinx...)
Toutes ces infidélités à Bach ne lui font pas oublier ce qui a fait de lui une légende internationale :pour le 250ième anniversaire de la mort de Jean Sébastien Bach, Jacques Loussier revient à son maître et enregistre avec son Trio "Les Variations Goldberg".
L'année 2001 voit également la sortie d'un CD "Baroque Favorites" composé des grands thèmes de Haendel, Marcello , Albinoni, Scarlatti et Marin Marais.En 2002 un album entièrement consacré à Haendel sort chez Telarc.
Depuis près de 20 ans le Trio sillonne le monde et se produit sur les plus grandes scènes de la planète. En 2004 se fêteront un peu partout 45 ans de Play Bach, 40 ans de carrière de concertiste, 20 ans du 2ème Trio et les 70 ans de Jacques Loussier!
Cette année 2002 s'achève sur un nombre record de plus de 3000 concerts et consacrent définitivement Jacques Loussier comme l'un des pianistes clé de sa génération qui aura su, en se plaçant au carrefour des styles musicaux, profondément marquer son époque.

 


FILMOGRAPHIE

Année

Film/TV

Titre

1962

Film

"Le couteau dans la plaie" d'anatole Livak

 

Film

"Jeu" de François Reichenbach

1963

Film

"Le doulos" de Jean Pierre Melville

 

Film

"Le ciel dans la tête" d'Yves Ciampi

 

TV

"Thierry la Fronde" de Robert Guez

1964

TV

"Vidocq" de Marcel Bluwal

 

TV

"Rocambole" de Jean Pierre Decourt

 

Film

"La vie à l'envers" d'Alain Jessua

 

TV

"Chambre à louer" de Jean Pierre Desagnat

 

TV

"Fontcouvert" de Robert Guez

1965

TV

"Rouletabille" de Robert Mazoyet, Yves Boisset et Jean Charles Lagneau

 

TV

"Les jeunes années" de Joseph Drimal

 

Film

"Pas de caviar pour tante Olga" de Jean Becker

1966

Film

"La seconde vérité" de Christain Jacque

 

Film

"A belles dents" de Pierre Gaspart Huit

1967

Film

"Dark of the sun" (le dernier train de Katanga) de Jacques Cardiff

 

Film

"Jeu de massacre" d'Alain Jossua

 

TV

"Lagardère" de Jean Pierre Decourt

1968

Film

"Tu seras terriblement gentille" de Dirk Sanders

1969

Film

"Une veuve en Or" de Michel Audiard

1970

TV

"Noelle aux 4 vents" d'Henri Colpi

1971

TV

"Les nouvelles aventures de Vidocq" de Marcel Bluwal

 

Film

"Snow Job" de Georges Englund

1972

TV

"Le secret des flamands" de Robert Valey

1974

TV

"Le charme de l'été" de Robert Valey

 

TV

"Le quai des étrangleurs" de Boramy Tioulong

1976

TV

"Le jeune homme et le lion" de Jean Delannoy

1977

TV

"d'Artagnan amoureux" de Yannick Andrei

1978

TV

"Voltaire, ce diable d'homme" de Marcel Camus

 

TV

"Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut" de Jean Delannoy

1979

TV

"Henry IV, un roi qui vient du sud" de Marcel Camus

1980

TV

"L'été indien" de Jean Delannoy

1981

TV

"Un chien de saison" de Roland Bernard

1982

TV

"L'affaire Lacaze" de Jean Delannoy

 

TV

"Frères Martin" de Jean Delannoy

 

TV

"Boulevard des assassins" de Boramy Tioulong

1983

TV

"Les poneys sauvages" de Robert Mazoyer

1988

TV

"Un château au soleil" de de Robert Mazoyer

1989

TV

"Le peuple singe" de Gérard Vienne

1991

TV

"De singe en singe" de Gérard Vienne

1994

TV

"Renseignements généraux" de Boramy Tioulong

1995

TV

"Jane" de Robert Mazoyer

1996

TV

"Un homme" de de Robert Mazoyer



Ce que j'en pense

J'avais déjà entendu jusqu'alors des compositions de Jacques Loussier (génériques TV essentiellement) et en m'y intéressant d'avantage, j'ai découvert combien ce compositeur était connu à l'étranger pour ses reprises de classique à la sauce Jazz. Autant le dire tout de suite, je ne suis pas fan de ce genre de reprise et autant j'apprécie les talents extraordinaires de compositeurs de Jacques Loussier autant ces reprises de Bach me sont quelque peu insupportables. Jacques Loussier est actuellement en procès avec le "chanteur" Eminem (vous savez, celui qui chante du nez : Emi-nez-M !!) pour plagiat de "Pulsion" dans la chanson "Kill you" (le plagiat est d'ailleurs assez flagrant mais bon Eminem est un spécialiste du massacre de tube, quand on voit la façon dont  il a utilisé la magnifique chanson d'Aérosmith "Dreamon", on pouvait s'attendre à tout de cet ostrogoth ) mais en y réfléchissant bien, Bach, Haendel et les autres ne feraient-il pas aussi un procès à Jacques Loussier pour utilisation "abusive" de leurs oeuvres ?....il ne faut pas perdre cela de vue !!!!. Notre siècle est celui de la récupération, et c'est parfois dommage. Bien entendu cet avis n'engage que moi et n'étant pas fan de jazz, je ne suis pas vraiment à même de juger de la réelle qualité des reprises faites par Jacques Loussier, mais tout de même je préfère les versions originales.

Aussi je me limiterai à souligner les talents de compositeur original de Jacques Loussier et à son merveilleux travail sur des séries comme "Vidocq" (avec une préférence pour la série 2) et "Thierry la Fronde" ou sur des films comme "Dark of the sun" dont j'ai pu entendre quelques excellents morceaux sur la compilation "Les plus belles musiques de Jacques Loussier" dans Collection Play Time (j'engage tout ceux qui veulent découvrir Jacques Loussier à se procurer cette excellente compilation).

 

Fermeture de la fenêtre